Les écuries du Grand Vallat
Offrez à vos chevaux une vraie vie nature

Un paddock paradise naturel


Le principe, que l’on doit à Jaime Jackson, est né d’une double constatation : d’une part, les chevaux vivant dans des prés rectangulaires avec tous les points importants concentrés au même endroit (abri, nourriture et boisson) ont tendance à ne pas se déplacer suffisamment dans l’espace qui est à leur disposition ; d’autre part, les chevaux sauvages ont tendance à parcourir les landes en empruntant toujours les mêmes chemins. Fort de ces observations, il a proposé un aménagement spécifique de l’espace de vie du cheval qui consiste à dessiner des couloirs de quelques mètres de large, ponctués d’espaces plus larges qui remplissent des fonctions différentes (abri, repos, jeu, alimentation, boisson, etc.) et qui poussent le cheval à se déplacer d’un espace à l’autre pour assouvir ses différents besoins.



Une approche globale de la gestion du cheval

Le plus souvent, le principe du paddock paradise est associé à d’autres modes de gestion de la vie équine :

  • Une vie en troupeau : on cherche à se rapprocher des besoins naturels du cheval, dont la grégarité est une composante essentielle.


  • Les pieds nus : Jaime Jackson est avant tout un fervent défenseur du pied nu, et son paddock paradise est une technique complémentaire au parage pour leur entretien et leur bon développement. En permettant au cheval de se déplacer beaucoup, en lui procurant des sols de natures les plus variées possibles (des surfaces douces comme de la terre, des surfaces abrasives comme des couloirs de cailloux, des aménagement disposés sur les couloirs, des montées, des descentes, si possible un plan d’eau dans lequel ils peuvent entrer, etc.), la qualité de la corne des pieds, sa stimulation et sa pousse s’en trouvent améliorées de manière naturelle.


  • Le slow feeding : autre complément du paddock paradise, la notion de slow feeding rassemble les techniques visant à faire en sorte que le cheval puisse manger à un rythme plus proche de ses capacités digestives naturelles. La nourriture principale des chevaux dans un paddock paradise est le foin, que l’on distribue dans des filets à petites mailles (entre 3 et 5 cm) de façon à ce que les chevaux puissent manger de moins grandes bouchées, ce qui leur permet de produire plus de salive par bouchée et de ne pas surcharger inutilement leur estomac de taille notablement réduite. Les chevaux mangent plus lentement, et plus longtemps sur la journée, ce qui respecte mieux leurs besoins physiologiques.


  • Les interactions avec l’environnement : les différents espaces ponctuant les couloirs sont organisés de manières variées, permettant au cheval de recevoir autant de stimulations de son environnement de vie. Il a besoin d’un endroit dégagé d’où il peut voir loin et sentir le vent, d’un lieu de repos où se cacher et se mettre à l’abri des intempéries, d’un espace où le sol est agréable pour se rouler, etc.


Des aménagements spécifiques

On peut agrémenter le parcours du paddock paradise d’éléments supplémentaires qui viennent stimuler le désir de mouvement du cheval et sa curiosité naturelles.

  • On peut par exemple installer des « obstacles » dans un couloir, typiquement des troncs d’arbres, pour inviter le cheval à mobiliser son corps et son esprit pour les éviter et/ou les sauter, selon son humeur.
  • On peut disposer des « surprises » au fil des couloirs, dans des endroits différents, comme par exemple quelques carottes, un peu de grain, du sel, etc., afin que les chevaux conservent le plaisir de la découverte au quotidien. Dans le même ordre d’idée on peut déplacer régulièrement les filets à foin pour pousser les chevaux à chercher leur nourriture.

En fait, tout aménagement qui va dans le sens d’une stimulation des sens et/ou d’une invitation à se déplacer peut être utilisée dans un paddock paradise. Et les gestionnaires de telles installations ne manquent pas d’imagination pour trouver de nouvelles idées !

...Et au naturel ?

Ici, le parc s'est organisé autour d'une grande forêt qui fournit une base idéale pour apporter tous les avantages d'un paddock paradise :

  • Les chemins se sont formés autour de la forêt, reliant entre elles différentes clairières exposées différemment et aux sols variés, et propose de nombreux dénivelés reliant des espaces plats ;


  • La forêt fournit un abri parfait pour protéger les chevaux (ainsi que les autres espèces qui cohabitent !) des intempéries et des insectes. Elle permet également un excellent drainage des sols, évitant aux chevaux de vivre les pieds dans la boue pendant les saisons pluvieuses ;


  • L'évolution naturelle du milieu leur procure régulièrement des nouveautés : ici des branches qui tombent, là de jeunes feuilles à grignoter, ailleurs des délicieuses herbes qui poussent au fil des saisons,... sans oublier la faune qui vit avec eux dans le parc ;


  • Nous ajoutons à cela quelques aménagements imaginés pour profiter du lieu : plusieurs espaces de nourrissage, plusieurs espaces de boisson (accès aux ruisseaux + un point fixe), des minéraux en accès libre répartis dans divers lieux du parc, et pourquoi pas quelques "surprises" plus artisanales telles que des carillons ou autres au gré de nos idées !


Haut de page | Pension éco-gérée | Alimentation | Shiatsu